Kill Me Again (Kill me Sarah, Kill me AGAIN with love...)
(Chroniques égocentriques : The Soundtrack Of Your Life)
Radio-Blog   Caroline dit...    PUR VINYLE BABY !!!    Photoblog   KMS del.icio.us

dimanche, novembre 23, 2003

Tu ne devrais pas. Tu ne devrais probablement pas. Ecrire les lignes qui suivent. Mais tu en as besoin. Pour que ces idées arrêtent de tourner dans ta tête. Elle comprendra. Parce que depuis hier soir, depuis que tu as imaginé cette scène, elle t'obsède. C'est ton problème, ton imagination débordante. Tu étais avec elle dans le même lit. C'est arrivé comme ça. Un des deux dit, il est trop tard pour rentrer. Alors il y en a un qui héberge l'autre et ils se retrouvent tous les deux dans le même lit, sans ambiguité aucune. C'est là que tu commences à lui parler, dans l'intimité de l'obscurité. Elle sait déjà ce que tu lui racontes, mais tu avais envie d'en parler, avec d'autres mots que ceux que tu lui avais écrits. C'est là qu'elle se rapproche de toi, pose sa tête sur ta poitrine, sa main sur ton ventre. Toi, tu dégages ton bras (le gauche forcément...) et tu la serres contre toi. Tu restes là, sans dire grand chose, ta main caresse ses épaules, le bas de son dos. Tu savoures juste le plaisir de cet instant hors du temps. Et puis à un moment, elle tourne la tête vers toi et tu déposes tes lèvres sur les siennes. L'histoire s'arrête là. Hypocritement. Parce que forcément, même si tu as envie de ce genre d'instant tout simple, tout tendre, elle te plait, tu la trouves jolie, désirable, alors justement tu la désires, tu es un peu amoureux d'elle. Mais tes histoires s'arrêtent toujours là. Peut être parce que la suite, ce que cela pourrait devenir, te fait peur.
Des histoires comme celle-ci, malgré le fait que tu essaies plutôt de te les interdire, jaillissent parfois de ton imagination. Toujours à peu près les mêmes. Tu es avec elle, quelque part, peu importe où, à un moment donné, dans un silence, tu t'approches d'elle et tu la serres dans tes bras. Comme dans l'histoire avec ce garçon et cette fille sur la plage. Tu l'as écrite en pensant à elle, elle doit s'en douter. Des histoires que tu inventes comme si tu voulais lui dire, allons doucement, prenons notre temps. Ce qui est idiot. Tu essaies que ça ne transparaisse pas trop quand tu la vois, mais tu sais que parfois elle doit lire ton désir dans ton regard, dans tes gestes également. Quand tu es avec elle, tu n'oses pas la prendre dans tes bras. Tu n'oses pas parce que tu sais. Tu sais que c'est non, que tes baisers, tes bras, ta tendresse, elle n'en a pas envie, ou pas les tiens, ou elle se l'interdit, mais tu te dis que ça ne doit pas être très difficile de se l'interdire avec toi. C'est ainsi. Ca ne te rend pas triste. Tu la comprends. Tu aimes bien ce qu'il y a entre elle et toi. Cette complicité. Tu ne veux pas gâcher ça, tu ne veux rien briser. Alors tes désirs, tes sentiments, tu les mets de coté. Mais les mettre de coté, ça ne veut pas dire qu'ils n'existent plus. C'est pour cela que par moment ça devient trop difficile pour toi de les garder. Parfois tu inventes une histoire pour les enrober. Aujourd'hui il fallait que tu les racontes. Tu ne voudrais pas lui faire peur, tu ne voudrais pas qu'elle mette un peu de distance entre elle et toi à cause de ce que tu ressens pour elle, parce que tu ne veux pas que ça l'effraie. Tu ne veux rien compliquer.
Tu ne voulais pas écrire tout cela ici. Mais tu en avais besoin. Peut être pour te persuader de vraiment mettre de coté tes sentiments. Pour ne plus inventer toutes ces histoires. L'écrire, ça permet de te soulager de ces pensées, avant qu'elles ne deviennent trop pesantes. Elle sait que tu parles d'elle. Elle ne t'en voudra pas, elle comprendra. Tu l'espères.

Kill Me Sarah | 11:54 |


Ego
Sexe : M / Age : 44
Profession : Aucun interet
Situation : Helplessly Hoping

14 jours à La Baule (Pdf)

This page in bad english
Mail me?
Playlist
Dresden Dolls : Dresden Dolls
Andrew Bird : The Mysterious Production Of Eggs
The Arcade Fire : Funeral
Rufus Wainwright : Want two
Nirvana : When the lights out
Eels : Blinking lights and other revelations
Beck : Guero
I am Kloot : Gods and monsters
The Smiths : The world won't listen
Hood : Outside closer
V.a : Golden apples of the sun
Jude : Sarah
Antony and the Johnsons : I'm a bird now
Black heart procession : 2
Lou Reed - John Cale : Songs for Drella
Pinback : Summer in abadon
Blonde Redhead : Melody of certain damaged lemons
Joy Division : Closer
Otis Redding : The definitive Otis
Links in new window ?
Blogs
Links
Blogonautes
Weblogues
Pitchfork
Popnews
Uncut
Mojo
Au fil de mes lectures
Liberation
Brave Patrie

archives